Programme de la conférence 2013

 

 Programme de la conférence 2014

 

***

Conférence de recherche trilatérale « Villa Vigoni »

 Les écrits à la première personne en Europe de la fin du XVe siècle au XIXe siècle.

Une enquête au prisme de la recherche allemande, française et italienne 

Ateliers 2013-2015 

 

Coordonnées des organisateurs

Pr. Giovanni Ciappelli (Italie), Dipartimento di Filosofia, Storia e Beni Culturali, Università degli Studi di Trento, Via Tommaso Gar, 38122 Trento ; Giovanni.Ciappelli@unitn.it

Pr. F.-J. Ruggiu (France) Université de Paris-Sorbonne (Paris IV), Centre Roland Mousnier, 1, rue Victor-Cousin, 75005, Paris ; francois_joseph_ruggiu@hotmail.com et francois-joseph.ruggiu@paris-sorbonne.fr

Pr. Claudia Ulbrich (Allemagne), Freie Universität Berlin, FB Geschichts- und Kulturwissenschaften, Friedrich-Meinecke-Institut, Koserstr. 20,  14195, Berlin ; ulbrich@zedat.fu-berlin.de

Présentation du projet scientifique

Depuis la fin des années 1990, la recherche sur les écrits personnels a connu dans différents pays européens, en particulier aux Pays-Bas, en Espagne, ou encore en Pologne, mais aussi en Allemagne, en France et en Italie, une croissance remarquable. Depuis le milieu des années 2000, les chercheurs de ces pays cherchent à mieux coordonner leurs efforts à la fois pour produire une histoire européenne de ce genre d’écrits et pour mieux comprendre la manière dont ils peuvent participer à l’écriture d’une nouvelle histoire sociale et culturelle des Européens de l’époque moderne et contemporaine.

L’intérêt que suscite ce type de documents est lié à l’évolution fondamentale qu’a connue l’historiographie européenne depuis les années 1980. Les historiennes et les historiens ont, en effet, progressivement cessé de considérer la société à travers les relations entre les classes sociales pour s’intéresser préférentiellement aux pratiques sociales des individus et aux relations que ces derniers pouvaient entretenir entre eux. La place première accordée aux individus a permis l’élaboration de concepts puissants tel que la mémoire, l’identité sociale ou encore l’agency c’est-à-dire la prise en compte de la capacité des individus à agir pour façonner leurs vies au sein d’un système de contraintes sociales. Pour déployer de tels concepts, les historiens se sont tournés vers de nouvelles sources, ou plutôt des sources déjà connues, souvent depuis longtemps, mais qui pouvaient être interrogées d’une nouvelle manière y compris dans une dimension transculturelle.

Les écrits personnels – les livres de raison, les diaires, les autobiographies, les journaux intimes, les mémoires – appelés aussi écrits à la première personne, egodocuments ou Selbstzeugnisse, sont particulièrement disponibles pour de telles interrogations. Ils sont devenus de plus en plus communs au cours de l’époque moderne alors que la culture de l’imprimé, comme l’ont montré en particulier Roger Chartier ou Armando Petrucci, imprégnait la société bien au-delà des rangs des alphabétisés.

Les trois ateliers que nous proposons dans le cadre de la villa Vigoni, s’inscrivent dans le cadre des initiatives qui se développent actuellement autour des écrits personnels. Ils visent d’abord à explorer des thématiques communes aux chercheurs allemands, français et italiens associés dans ce projet. L’organisation originale des ateliers de la Villa Vigoni permettra, ensuite, la mise en place d’un travail commun sur un ensemble de textes écrits à la première personne. La plupart des rencontres qui ont eu lieu à présent ont, en effet privilégié les réflexions théoriques ou les études de cas. Ces travaux n’ont pas permis de déployer des ateliers communs de lectures des textes, une dimension pourtant essentielle de l’approche que nous souhaitons maintenant mettre en œuvre. Enfin, les ateliers de la Villa Vigoni permettront de continuer à élaborer ensemble un programme commun de recherche à l’échelle européenne.

Presentazione del progetto scientifico

Dalla fine del 1990, la ricerca sugli scritti personali ha conosciuto in vari paesi europei, in particolare nei Paesi Bassi, in Spagna o in Polonia, ma soprattutto in Germania, Francia e Italia, una crescita notevole. Dalla metà degli anni 2000, i ricercatori di questi paesi cercano di coordinare meglio i loro sforzi sia per produrre una storia europea di questo genere di scritture, sia per capire meglio come si può contribuire a scrivere una nuova storia sociale e culturale degli europei per l’età moderna e contemporanea.

L’interesse suscitato da questo tipo di documenti è legato allo sviluppo fondamentale che la storiografia europea ha conosciuto a partire dagli anni ‘80. Le storiche e gli storici hanno infatti progressivamente cessato di considerare la società attraverso i rapporti tra le classi sociali per interessarsi di preferenza alle pratiche sociali degli individui e alle relazioni che questi potevano stabilire fra di loro. Il primo posto accordato agli individui ha permesso di elaborare concetti potenti come la memoria, l'identità sociale o l'”agency”, cioè il tener conto della capacità degli individui di agire per dare forma alle loro vite all'interno di un sistema di condizionamenti sociali. Per sviluppare questi concetti, gli storici si sono rivolti a nuove fonti, o per meglio dire a fonti già note, spesso da lungo tempo, che potevano però essere interrogate in modo nuovo, incluso in una transculturale dimensione.

Gli scritti personali, i libri di famiglia, i diari, le autobiografie, i diari intimi, le memorie - chiamati anche scritture in prima persona, ‘egodocuments’ o ‘Selbstzeugnisse’, sono particolarmente adatti per rispondere a tali questioni. Sono diventati sempre più diffusi nel corso dell’età moderna quando la cultura della stampa, come hanno dimostrato in particolare Roger Chartier o Armando Petrucci, ha permeato la società ben oltre l’insieme delle persone allora alfabetizzate.

I tre workshop che proponiamo nel quadro delle attività della villa Vigoni si inscrivono nel quadro delle iniziative che si stanno attualmente sviluppando attorno alle scritture personali. Essi mirano principalmente ad esplorare le tematiche comuni ai ricercatori italiani, francesi e tedeschi coinvolti in questo progetto. L'organizzazione originale in workshop prevista a Villa Vigoni permetterà, quindi, la messa a punto di un lavoro comune su un insieme di testi scritti in prima persona. La maggior parte degli incontri che hanno avuto luogo finora ha infatti privilegiato  le riflessioni teoriche o gli studi di caso. Ma questi convegni non sono riusciti a sviluppare dei laboratori congiunti per l’analisi dei testi, una dimensione che è invece essenziale per il tipo di approccio che noi vogliamo realizzare. Infine, i laboratori di Villa Vigoni permetteranno di elaborare insieme un programma di ricerca comune a livello europeo.

Präsentation des wissenschaftlichen Programms

Seit Ende der 1990er Jahre hat die Selbstzeugnisforschung in verschiedenen europäischen Ländern einen enormen Zuwachs erfahren. Dies gilt nicht nur für die Niederlande, für Spanien und Polen, sondern auch für Deutschland, Frankreich und Italien. Seit 2006 versuchen Wissenschaftler und Wissenschaftlerinnen aus diesen Ländern ihre Forschungen zu koordinieren, um eine europäische Geschichte dieser Textsorte zu schreiben und auszuloten, wie sie mit Hilfe von Selbstzeugnissen einen Beitrag zu einer neuen Sozial- und Kulturgeschichte Europas in der Neuzeit leisten können.

Das Interesse an diesen Quellen lässt sich zurückführen auf grundlegende Veränderungen der europäischen Historiographie seit den 1980erJahren, als die Analyse von Klassenbeziehungen zunehmend verdrängt wurde durch Untersuchungen, die nach den sozialen Praktiken von Individuen und ihren Beziehungen untereinander fragen. Das Interesse am Einzelmenschen hat dazu geführt, dass Konzepte wie Memoria (Gedächtnis/Erinnerung), Identität und Agency, (als Fähigkeit eines Individuums zum Handeln, um sein Leben in einem System sozialer Zwänge zu gestalten) besondere Beachtung fanden. Im Rahmen dieses Prozesses haben sich Historikerinnen und Historiker in vielen europäischen Ländern neuen Quellen zugewandt bzw. damit begonnen, längst bekannte Quellen mit neuen Fragestellungen zu untersuchen.

Selbstzeugnisse (écrits personnels, Egodocuments, First-Person Narratives) sind besonders geeignete Quellen für die Bearbeitung der skizzierten Fragen. Zu dieser Textsorte gehören so unterschiedliche Quellen wie Haus- und Familienbücher, Autobiographien, Tagebücher oder Memoiren. Ihre Zahl nahm im Laufe der Neuzeit ständig zu, in einer Zeit, in der die Rezeption und Aneignung von gedruckten Texten wie es Roger Chartier und Armando Petrucci gezeigt haben, die Gesellschaft in einem weit größeren Maße beeinflusste als es die Alphabetisierungsrate vermuten lässt.

Die drei Veranstaltungen, die wir im Rahmen des Programms: Trilaterale Forschungskonferenzen „Villa Vigoni“ beantragen, stehen im Kontext der hier skizzierten Neuansätze der Selbstzeugnisforschung. Im Zentrum stehen Themen, die für die beteiligten Wissenschaftlerinnen und Wissenschaftler aus Deutschland, Frankreich und Italien gleichermaßen von Interesse sind. Die Organisation der drei Tagungen im Rahmen der Forschungskonferenz „Villa Vigoni“ wird eine gemeinsame Arbeit mit einer Quellengruppe – den Selbstzeugnissen oder First-Person Narratives - ermöglichen. Damit unterscheiden sich diese Tagungen von den Treffen, die bislang stattgefunden haben. In ihnen ging es eher um theoretische Zugänge oder um Fallstudien. Eine gemeinsame Quellenlektüre war in diesem Rahmen nicht möglich, erscheint uns aber als eine ganz wesentliche Voraussetzung, um einen neuen Forschungsansatz zu entwickeln. Dabei geht es nicht zuletzt darum, in der Gruppe ein gemeinsames Programm für eine transkulturelle europäische Selbstzeugnisforschung auszuarbeiten.

Thématique de l’atelier « Les écrits à la première personne en Europe de la fin du XVe siècle au XIXe siècle. Une enquête au prisme de la recherche allemande, française et italienne »

I Les écrits à la première personne

a.     Un objet historique commun

            L’expression « écrits à la première personne » recouvre une famille complexe de textes manuscrits ou imprimés qui ont été produits en Europe depuis la fin du Moyen Age jusqu’à nos jours. Le genre le plus simple est formé par les livres de raison que l’on trouve en Italie sous le nom de ricordanze ou de libri di famiglia ou en Allemagne sous le terme de Hausbücher. Le chef de famille, ou sa veuve dans certains cas, y entrait les évènements majeurs de la vie de la famille en particulier les naissances et les décès. Les diaires sont des livres dans lesquels les scripteurs écrivaient au jour le jour le cours ordinaire de la vie, comme les journaux qu’ils soient militaires, médicaux, de voyage, ou personnels. Les mémoires et les autobiographies sont les formes d’écrits personnels les plus littéraires et les plus complexes et elles sont devenues de plus en plus fréquentes à partir du 18e siècle. Les chroniques urbaines ou encore les annales ressemblent, sous certains aspects, à des écrits personnels. Les correspondances, surtout les lettres échangées au sein de la famille, dont les femmes sont souvent les auteurs, commencent également à être intégrées dans le corpus.

Certains de ces textes, comme les mémoires et les autobiographies, ressortissent aux formes d’écritures rétrospectives, et les autres, comme les livres de raison, les diaires ou les journaux, aux formes d’écritures immédiates. En fait, il est rare que les textes appartiennent clairement à l’un ou l’autre genre : l’hybridité est une des grandes caractéristiques de ces écrits.

            Dans tous les pays d’Europe, ces textes sont, pour la plupart, restés manuscrits mais un certain nombre a été imprimé soit par la volonté du scripteur soit par un éditeur postérieur. Ils ont été produits par une grande variété de gens qui écrivaient donc pour eux-mêmes ou pour leur famille. Beaucoup d’entre eux étaient des nobles, des membres du clergé, des savants, des membres des professions libérales ou encore des administrateurs. Mais un bon nombre de textes, comme l’avait montré très précocement l’historien James Amelang, ont été écrits par des boutiquiers, des artisans voire des paysans. Les hommes sont très majoritaires parmi les scripteurs mais il n’était pas rare qu’une femme prenne la plume après la mort de son mari pour continuer le livre de famille. La plupart des textes féminins sont cependant des journaux religieux ou des livres de méditation au moins jusqu’au XVIIIe siècle lorsque les diaires ou les autobiographies féminins sont devenus beaucoup plus fréquents.

Un certain nombre des groupes de recherche en Europe se sont engagés dans la constitution de bases de données recensant les écrits personnels dans une zone et à une période données. L’Autriche (http://www.univie.ac.at/Geschichte/sfn/), les Pays-Bas (http://www.egodocument.net/egodocument/index.html) ou encore la Suisse (http://selbstzeugnisse.histsem.unibas.ch) ont été pionniers en la matière mais la France s’est dotée d’une telle base de données (www.ecritsduforprive.fr) et les chercheurs italiens ont déposé un projet PRIN visant à constituer un tel corpus. La Lituanie (http://legodoc.lt/en/egodokumentu-pavyzdziai) et la Catalogne ont récemment rejoint ce groupe et ont ouvert leur site.

 b.     Une recherche européenne

 Les différentes historiographies européennes étudient les écrits personnels mais utilisent pour les désigner des termes différents. Outre le français « écrits du for privé », le terme le plus répandu est le néologisme « egodocuments » qui a été forgé, dans les années 1960, par l’historien néerlandais Jacob Presser qui « entendait par là un terme collectif désignant autobiographies, mémoires, lettres personnelles, en bref tous les textes dans lesquels l’auteur parle explicitement de ses actions et de ses sentiments ». Il ne s’agissait donc pas tant d’une définition de genre que de situation d’écriture, c’est-à-dire le fait, qui est implicite dans la définition, que l’auteur parle à la première personne, et de contenu – le fait qu’il parle de lui.

La notion d’« Ego-Dokument » a été ensuite reprise par l’historien allemand Wilfried Schulze mais avec un sens élargi : « On entend par là toutes les sources dans lesquelles un homme donne des informations sur lui-même, indépendamment du fait qu’elles soient fournies volontairement – par exemple dans une lettre personnelle, un journal, un récit de songe ou un récit autobiographique – ou involontairement, dans d’autres circonstances ». L’extension de la définition aux documents rédigés « involontairement » posait alors la question des textes rédigés à la demande d’une institution soit sous la forme d’une incitation soit sous la forme d’une contrainte. L’institution à l’origine de la rédaction influe naturellement sur la forme – par l’imposition d’un modèle à suivre – ainsi que sur le contenu qu’elle inscrit dans une démarche collective. Les chercheurs de l’aire germanophone privilégient actuellement la notion de Selbstzeugnisse – témoignage de soi – qui revient vers la notion d’egodocument telle que l’entendait Jacques Presser). Claudia Ulbrich les définit ainsi comme regroupant « tous les types de sources dans lesquelles une personne parle explicitement d’elle-même, de son propre chef ».

Au-delà de ces questions de définitions, les chercheurs qui travaillent sur les écrits personnels s’inscrivent au sein de trois usages majeurs. Le premier usage procède de l’idée que les écrits du for privé ouvrent un accès, aussi détourné soit-il, au sens que les acteurs sociaux attribuaient à un ensemble de faits, d’actes, d’objets et de valeurs. Les textes sont donc disponibles pour de vastes  enquêtes sur des bases renouvelées.  Le deuxième usage majeur des écrits du for privé amène vers l’étude de la culture écrite à l’époque moderne mais aussi contemporaine. L’exploration de l’articulation entre le social, l’individu et le moi est, justement, le dernier grand usage des écrits du for privé et c’est vers celui-ci que nous avons voulu nous tourner pour ces ateliers de la Villa Vigoni.

II Les trois ateliers de la Villa Vigoni – 2013-2015

 1)     Exposé des thématiques des trois ateliers

 a.     Atelier 1 : Mémoire et histoire (organisé par Giovanni Ciappelli) 

            Dans sa définition habituelle, la mémoire est ce dont on se souvient, et l’histoire se sert de la mémoire pour reconstruire le passé. Mais les travaux les plus récents ont montré que les choses sont en fait plus complexes. La mémoire, qui peut avoir des sujets différents (individus, groupes, objets, institutions), a aussi pour chacun d’entre eux une série de fonctions majeures. Maurice Halbwachs, sociologue, élève de Durkheim, et collègue de Marc Bloch à Strasbourg, qui a forgé le concept de « cadres sociaux de la mémoire » a été un des premiers à mettre en valeur cet aspect, en 1925, il y a presque quatre-vingt-dix ans. La mémoire est non seulement celle de l’individu mais elle appartient aussi au groupe qui l’utilise justement pour reconstruire son propre passé ; et pour établir des modèles pour le futur. Le souvenir individuel a donc pour Halbwachs une nature essentielle sociale. Ce raisonnement a lancé la « mémoire collective », un concept qui, avec des modifications, a été repris presque immédiatement par Marc Bloch, et adaptée au fil de quelques-uns de ses travaux majeurs sur les mentalités. Avec l’extension récente à l’histoire des méthodes des sciences sociales, le même concept a été repris soit par les partisans de la « mémoire sociale » (Social memory, Fentress et Wickham) soit par les fondateurs de la « mémoire culturelle » (Assmann). Les deux écoles ont en commun la conviction que le passé, loin d’avoir une neutralité qui facilite sa reconstruction à travers la mosaïque constituée par le souvenir, est au contraire une construction culturelle qui a besoin, à chaque fois, d’être décodée et ramenée à ses origines et à ses motivations. A l’intérieur de la mémoire culturelle, par exemple, la mémoire peut avoir pour le groupe de référence une fonction rétrospective (la culture de la mémoire des morts du groupe par exemple), ou prospective (l’indication d’un modèle à suivre) ; elle est certainement et étroitement liée à l’identité et les aspects retenus en caractérisent l’essence que l’on veut conserver et transmettre. Pour l’individu, est vrai ce dont on se souvient ; et il en va de même pour le groupe.

            L’histoire se sert de la mémoire et elle s’en est toujours servie depuis le début au moins des formes de la mémoire des institutions et du pouvoir. La liste généalogique des rois, ou les répertoires des titulaires des magistratures sont à la base des reconstructions successives des res gestae ou des chroniques annalistiques. Ensuite, l’historien antique et médiéval est celui qui écrit ce qu’il a vu personnellement ou dont il a un témoignage sûr. Avec l’humanisme, l’historien commence à se servir, avec un esprit plus critique, des différentes sortes de documents dont il peut disposer.

            Mais si les considérations précédentes sont partagées par tous, quel témoignage recevable transmet le souvenir et comment s’exerce la critique vis-à-vis de lui ? Et, plus généralement, quel est le rapport entre l’histoire (dans le double sens d’une reconstruction objective du passé et d’écriture de l’histoire) et de la mémoire ?

            Se pose au minimum pour l’historien le problème de comprendre ce qu’effectivement un groupe (ou un individu à l’intérieur de ce groupe) se propose de se rappeler ; comment il se souvient (quels souvenirs il choisit de transmettre, quelles choses il choisit d’oublier) ; comment il peut construire un passé mythique, dont la fonction sera de soutenir avec force la transmission d’un certain type d’identité dans lequel il a choisi de se reconnaître.

            Cet atelier s’occupera simultanément de l’ensemble de ces aspects qui seront examinés dans leurs rapports avec l’écriture à la première personne.

            En premier lieu, l’aspect méthodologique : il est nécessaire de considérer les différents types de mémoire, et de les identifier, pour comprendre comment et jusqu’à quel point l’histoire peut s’en servir, en évitant de prendre à la lettre les affirmations qui sont déjà le fruit d’une sélection et d’une manipulation, en identifiant la composante du « mythe ». Le concept d’« invention de la tradition », forgé par Hobsbawm et Ranger, est maintenant universellement connu ; il a été appliqué surtout à la recherche sur les périodes les plus récentes, à partir de la fin du XVIIIe siècle, mais qui peut être étudié pour n’importe quelle période historique. C’est ainsi que le concept de mythistoire (mitostoria) qui est généralement utilisé dans les travaux sur l’Antiquité, a, de fait, un contenu proche. A la même catégorie appartiennent les reconstructions historiques invraisemblables  qui tendaient à anoblir les origines d’individus ou de familles (les généalogies incroyables de Roberto Bizzocchi) ou d’autres groupes sociaux. Une attention particulière pourra être accordée, en ce sens, aux histoires des dynasties régnantes ou des grandes familles nobles, qui contiennent toujours une composante de ce type.

            Le second aspect étudié est celui de la classification, qui a aussi son utilité à l’intérieur de la tripartition prévue par l’ensemble du séminaire : combien sont et quels sont les types de mémoire dont peut se servir l’historien ? Qu’est-ce qui les caractérise ? La composante dominante est bien sûr représentée par les différentes sortes de mémoire écrite, les mémoires et les papiers. Mais nous ne pouvons pas oublier le rôle fondamental joué par les objets à même d’incorporer la mémoire, depuis les monuments édifiés dans le but de laisser des informations précises et des leçons à la postérité aux architectures destinées à laisser trace de leurs commanditaires, individus ou organisations, en passant par les objets d’art de toute nature (peintures, sculptures) destinés à transmettre de la mémoire, pour terminer avec les objets d’usage commun, qui sont de toute façon liés aux personnes qui les ont choisis et avec lesquels ils ont été en contact. Et naturellement nous devrons comprendre le rôle joué par l’élément spatial dans la fixation d’un souvenir, dont le concept de « lieu de mémoire », développé par Pierre Nora (et par d’autres après lui, comme Isnenghi en Italie) a montré l’importance surtout pour l’époque contemporaine mais aussi pour l’époque moderne.

Un troisième aspect concerne les modes de fonctionnement : quelles sont les caractéristiques de la mémoire individuelle par rapport à la mémoire sociale ; de quelles façons s’expriment-elles toutes les deux à différentes époques ; quels en sont les exemples les plus significatifs en relation avec les sujets de la mémoire ? Il existe par exemple une spécificité de la mémoire féminine à laquelle correspond une manière particulière d’écrire l’histoire des femmes. Dans ce cas, il peut être utile de mener aussi une série d’études de cas qui aideront à établir de façon plus précise les modèles et les articulations internes des formes de mémoire de manière à comprendre leurs rapports avec l’histoire.

Une dernière partie de l’atelier pourra être consacré à l’analyse de « l’histoire déjà faite », en mettant en évidence la manière dont elle a été tributaire des formes de mémoire qui sont aussi apparues lentement. Ce serait donc une composante de l’histoire de l’historiographie conduite avec une attention particulière portée au rapport avec la mémoire. Voici quelques exemples : l’histoire des communautés confessionnelles basée sur la mémoire des individus et des groupes (durant les guerres de religion, ou les conflits confessionnels de différentes sortes) ; l’histoire politique fondée sur l’appartenance à telle ou telle identité politique, sociale, ethnique ou « nationale », ou encore culturelle. Il sera, en particulier, possible, dans cette partie de l’atelier, de poser la question du rapport de la mémoire des « vaincus » avec celle des « vainqueurs », à travers différents conflits, ou celle de l’entretien de la mémoire en fonction de la plus ou moins grande incertitude de ses propres racines culturelles (nous pensons ici aux groupes éradiqués comme les exilés pour raisons religieuses, politiques, ethniques, qui tendent à cultiver davantage leur mémoire que les groupes pour lesquels la continuité de l’identité n’est pas remise en cause).

D’une manière générale, nous devrons nous demander si une analyse différenciée des egodocuments peut influer sur les reconstructions historiques, du moment qu’ils recèlent des détails sur chaque période historique d’un point de vue subjectif : la « grande histoire » vue à partir de l’individu, et la façon dont elle affecte la vie des gens ordinaires. Nous pourrons aussi réfléchir sur la manière dont une attention plus soutenue au contenu de ces textes peut amener une reconstruction de l’histoire plus complète et variée que celle qui a prévalu jusqu’à présent. L’atelier cherchera à comprendre quels individus traitent de l'histoire "majeure" dans leurs écritures personnelles, quels éléments des évènements extérieurs sont cités dans les egodocuments", de quelle manière, et pourquoi certains aspects sont considérés plus que d'autres. Et il se demandera également de quelle manière peut être cultivé le sentiment du temps, et de son écoulement, propre à chaque période historique et si, et quand, se produisent les changements qui peuvent rendre compte du passage à une vision pleinement moderne de l’histoire. En descendant au niveau des textes singuliers (comme, par exemple, certains ricordanze florentins mis en rapport avec des textes fondateurs de l’historiographie contemporaine), il sera possible de comprendre à quel point la connaissance de textes de mémoire conçus aussi pour des raisons privées (personnelles) ait pu représenter une source et ait pu influencer le travail d'historiens particuliers (typique est le cas de Guicciardini, mais on pourrait en citer
d'autres) ; et quel point le genre historique est lié au genre mémoriel, tellement que, dans beaucoup de textes, les deux niveaux sont présents ensemble et très difficilement différentiables, leurs motivations et leurs aspects récurrents étant étroitement liés.

Une réflexion sur l'écriture à la première personne devrait, en définitive, permettre à la fois à réévaluer la façon dont nous avons écrit l'histoire de la période moderne et d'écrire une nouvelle histoire de l'Union européenne à la fois individuelle et collective.

 b.     Atelier 2 : Identités individuelles, familiales et collectives (organisé par François-Joseph Ruggiu)

             L’identité est un concept très fécond dans l’historiographie européenne depuis le début des années 1990. Il offre, en effet, la possibilité d’articuler facilement plusieurs niveaux d’observation : l’individuel, le familial et le collectif. Le chercheur parcourt ainsi un continuum qui va de l’individu en lui-même pris, par exemple, dans sa dimension sexuée ou économique, à l’individu au sein de sa famille, et à l’individu englobé au sein d’un groupe social, professionnel, religieux, ethnique ou encore géographique.

            Les sociologues ont depuis longtemps reconnu que l’identité n’est pas seulement un état, défini par un ensemble limité d’attributs tels ceux qui figurent sur une carte d’identité : sexe, âge, profession, adresse, nationalité. C’est aussi un processus qui vise à gérer la continuité de la personne au sein des changements de la vie et de la personnalité. L’identité évolue parce qu’elle n’est pas seulement un rapport à soi mais qu’elle est également un rapport aux autres, aussi bien aux autres individus et aux groupes sociaux. La singularité, c’est-à-dire la conscience de ce qui fait que l’on est différent des autres, est, en effet, une dimension essentielle de l’identité. Elle est construite, déconstruite et reconstruite sans cesse par l’échange permanent qui se fait entre l’image qu’un individu a de lui et l’image qu’en ont les autres et qu’ils lui renvoient. L’identité est également consubstantielle de la mémoire et c’est des nombreuses raisons pour lesquelles elle passionne les historiens.

            Mais le concept d’identité est-il si facilement transposable de la sociologie où il a été le plus employé à l’histoire ? Les sociologues travaillent généralement sur les identités par l’intermédiaire d’entretiens réalisés à l’aide de questionnaires conçus pour les dévoiler et aptes à faire entrevoir les contradictions, les failles, les lacunes, les négociations à l’œuvre dans un discours qui, de la part de l’interviewé, se pense cohérent. L’historien doit, au contraire, travailler à travers des documents clos et dont la fonction était, par essence, autre. Il tend alors à procéder de manière régressive et à essayer de parler de l’identité d’une personne en donnant un sens à ses actions à l’aide des représentations généralement liées à son groupe social ou à son sexe ou à tout autre attribut que l’on jugera suffisamment singularisant. Les identités dont peuvent parler facilement les historiens sont donc des états plus que des processus ou des appartenances identitaires (l’identité religieuse ; l’identité noble ; l’identité professionnelle), voire des rôles sociaux (le noble, le militaire…) plus que l’identité d’une personne. 

            Les écrits personnels sont justement parmi les rares sources qui permettent de dépasser cette limite car ils permettent d’exprimer les formes d’identité individuelles et collectives des acteurs sociaux et de suivre leurs évolutions au cours des siècles.

            L’atelier 2 sera donc d’abord consacré à étudier la manière dont les scripteurs – hommes et femmes – se concevaient eux-mêmes en relation avec les autres, et ce à différentes périodes et à différents âges de la vie. Une attention particulière sera accordée, dans les textes, aux traces de la réflexivité à travers par exemple les commentaires sur les propres actions du scripteur, ainsi qu’à la construction des opinions et des croyances.

            L’atelier cherchera également à mettre en évidence les mécanismes de constitution d’une, ou de plusieurs, appartenances collectives : qu’il s’agisse de la famille et de la parenté qui sera particulièrement étudiée ; ou d’une catégorie professionnelle (par exemple l’appartenance à un corps de métier) ou sociale (religieux ; propriétaires fonciers ; paysans…) ; ou encore d’une classe d’âge (y compris par l’utilisation du concept de génération).

            Enfin, l’atelier pourra explorer la manière dont les Allemands, Français et Italiens de l’époque moderne se percevaient mutuellement. Les journaux de voyage mais aussi les diaires, les mémoires et les autobiographies de chacun de ces pays mentionnent, en effet, les autres pays et leurs populations. Ils évoquent souvent des batailles, des guerres, des évènements dynastiques ou des nouvelles plus ordinaires. Alors que les identités nationales commencent à se constituer dans le sillage de la formation des Etats modernes, en particulier à partir du XVIIe siècle, les écrits personnels livrent une masse d’informations très peu utilisée sur les préjugés ou les attentes des Européens les uns sur les autres.

            L’époque moderne est un âge où les appartenances sociales qui structuraient la vie des individus (à une famille, à un groupe professionnel, à un groupe religieux, à un état social, à une nation…) ont tendu à se diversifier d’une manière considérable. L’écrit personnel apparaît, sous certains aspects, comme un des moyens utilisables pour un individu de tenir les fils de ces appartenances.

 c.      Dimensions transculturelles (organisé par Claudia Ulbrich)

 L’ambition d’écrire une nouvelle histoire européenne suppose qu’il est possible de comprendre l’Europe comme un ensemble culturel qui se distingue, et qui peut être comparé, à d’autres ensembles culturels. Mais comment établir une telle unité sur le plan historique tout en rendant compte efficacement de la diversité culturelle de l’Europe ? Comment intégrer le fait que les cultures, actuelles aussi bien que passées, sont composées, comme l’avancent les tenants des études post-modernes, d’une pluralité d’identités ? Et, enfin, comment rendre visible les croisements, les chevauchements, les hybridités culturelles que les études comparées ou croisées récentes tendent à mettre de plus en plus en évidence.

Les egodocuments, comme sources particulières, ouvrent une réelle possibilité de traiter de ces questions qui sont importantes pour l’Europe d’aujourd’hui même s’il n’est pas facile de généraliser les résultats des études de cas et d’en tirer des conclusions sur un plan macro-historique.

Les perspectives transculturelles pallient justement ces problèmes car elles permettent à la fois de comparer entre eux les pays européens, considérés comme différents sur le plan culturel, comme nous l’avons souligné dans l’atelier 2, et de les comparer ensemble avec des régions ou des aires non-européennes, ce qui tend à rendre visible ce qui les rapproche. Elles ne concernent pas que les pays et les historiographies nationales, qui ont assez souvent tendance à créer une liaison étroite entre Etat–nation et culture, mais elles peuvent aussi être appliquées à des catégories comme la personne, la langue, la religion, la classe, le genre, la race etc. Les auteurs appartiennent, au cours de leurs vies, à différentes cultures et ils constituent leur identité par ces appartenances multiples. C’est particulièrement le cas dans les textes écrits par des migrants, ou dans les récits de conversion.

Travailler dans une perspective transculturelle entraîne la mise en dialogue des egodocuments de différentes cultures ce qui signifie  identifier des concepts clef (comme l’idée de l’exemplarité d’une vie individuelle) comme base pour une lecture comparatiste. Par ailleurs, les textes doivent être approchés à partir de la situation dans laquelle un auteur a commencé à les écrire et donc rendre compte des stratégies d’écriture.

Les chercheurs estiment, depuis longtemps, que l’autobiographie est un genre spécifiquement occidental et l’ont associé à une conceptualisation typiquement occidentale de l’individualité ou bien d’un « soi » abstrait universel. De telles affirmations tendent à considérer le processus de modernisation comme le résultat de l’émergence de l’individu autonome d’un côté et du marché capitaliste de l’autre. L’historiographie contemporaine, qui interprète les autobiographies comme des récits de soi et qui les étudie à la lumière de nouvelles questions et de nouvelles méthodologies a démontré l’inadéquation de ces notions typiquement occidentales. Il en résulte que l’étude historique des récits de soi a développé un ensemble de nouvelles approches de ces sources qui considèrent le sujet qui écrit comme un acteur agissant dans le contexte de ses propres relations sociales et culturelles.

L’objectif de cet atelier sera l’étude de la vie auto-racontée dans une grande variété de cultures, de périodes, de régions et de contextes. En resituant les écrits autobiographiques dans le cadre des relations sociales du scripteur, il sera possible de les comprendre comme une pratique sociale et culturelle, ce qui permettra de revenir sur l’idée si célébrée en Occident selon laquelle l’essor de l’individualité et de l’autobiographie sont étroitement dépendants. Mettre à jour cette erreur ouvrira sur une remise en cause ouverte de la notion même de « personne », telle qu’elle est formulée dans les récits de soi.

Au cours de cette confrontation avec le concept occidental d’individualité, l’atelier contribuera à des débats plus amples concernant la théorie classique de la modernisation. A partir d’une analyse de récits de soi et des « personnes » qu’ils décrivent émergeront des éléments important pour la discussion actuelle sur les « modernités multiples ».

 2)     Plus-value de la coopération trilatérale

      Chaque atelier visera à la fois à faire avancer les connaissances une thématique de recherche située au cœur des interrogations sur les écrits personnels et surtout à expérimenter ensemble sur un corpus de textes très restreint et ayant circulé à l’avance les méthodes de lecture et les approches propres à chaque communauté scientifique.

 III Planning et participants

 Le planning prévu est

-        Octobre 2013 : 1er atelier

-        Octobre 2014 : 2ème atelier

-        Octobre 2015 : 3ème atelier

1)     Les organisateurs

Les trois organisateurs des ateliers proposés ont une longue expérience de recherche sur les écrits personnels.

Professeur associé d’histoire moderne à l’Université de Trente depuis 2002, Giovanni Ciappelli a dirigé entre 2005 et 2007 le groupe de travail formé à Trente au sein du PRIN (Progetto di Rilevante Interesse Nazionale) sur « L’histoire de la famille. Constantes et variations dans une perspective européenne (XVe-XXe siècles) » et il a organisé des colloques et publié plusieurs ouvrages sur les relations entre la mémoire et l’identité dont Art, Memory and Family in Renaissance Florence, éd. par G. Ciappelli et Patricia L. Rubin, Cambridge, Cambridge University Press, 2000; Memoria, famiglia identità tra Italia ed Europa nell’età moderna, ed. G. Ciappelli, Bologna, Il Mulino 2007. Il a récemment coordonné, avec d’autres chercheurs, le projet PRIN, soumis en 2011 sur « Histoires d’individus, de famille et de communauté en Italie, du XVI au XIXe siècle. La construction de l’individualité moderne à travers l’écriture de la mémoire et les récits de soi ».

Professeur à l’Université de Paris-Sorbonne, François-Joseph Ruggiu a fondé, avec Jean-Pierre Bardet, le Groupe de Recherches du CNRS « Les écrits du for privé en France de la fin du Moyen Age à 1914 » (2003-2010) et il a dirigé, à la suite de Jean-Pierre Bardet, le programme de l’Agence Nationale de la Recherche « Les écrits personnels francophones de la fin du Moyen Age à 1914 ».

Professeur de l'université Libre de Berlin, Claudia Ulbrich a fondé et dirigé le Groupe de recherche sur "Selbstzeugnisse in transkultureller Perspektive" (2004-2012) et elle prépare actuellement, avec Angelika Schaser, de l’Université de Hambourg, un programme doctoral sur l’« autohistoriographie ».

Giovanni Ciappelli, François-Joseph Ruggiu et Claudia Ulbrich collaborent depuis le colloque « Les écrits du for privé en Europe » organisé à Paris en 2006. Ils ont tour à tour animé, ou participé ensemble, à des rencontres internationales qui se sont tenues à Paris, Trente, Barcelone ou Londres.

2)     Les équipes allemande, française et italienne

a)     L’équipe allemande

Outre Claudia Ulbrich, l’équipe allemande se compose de quatre chercheuses qui ont coopérée dans le groupe de recherche « Self-Narratives in a transcultural perspective  » et qui ont publié extensivement sur les écrits du for privé :

-        Judit Arokay, Dr. phil., professeure de japanologie à l’Université d’Heidelberg, spécialiste des écrits personnels féminins japonais, et d’intertextualité dans la littérature, la rhétorique et les discours sur la théorie du langage du Japon de l’époque moderne.

-        Elke Hartmann, M.A. Doctorant, spécialiste d’histoire et d’études islamiques. Elle travaille sur les questions de mémoire et d’historiographie autour des questions de modernisation, d’adaptation culturelle et technique, de minorités, de violences collectives, et de génocides. Elle a, en particulier, travailler sur les récits de soi des Arméniens survivants du génocide.

-        Gabriele Jancke, PD, Dr. phil., historienne à la Freie Universität Berlin, spécialiste d’histoire du genre et d’anthropologie historique ; Elle a, en particulier publié, Autobiographie als soziale Praxis. Beziehungskonzepte in Selbstzeugnissen des 15. und 16. Jahrhunderts im deutschsprachigen Raum, Köln/Weimar/Wien: Böhlau, 2002 et (avec Claudia Ulbrich), From the Individual to he person. Challenging Autobiography Theory (2005)

-        Christine Vogel, Dr. phil., Professeur à l’univeristé de Vechta, qui travaille sur les processus de communication dans l’Europe moderne et sur les récits diplomatiques entre la France et les Ottomans (XVIIe-XVIIIe siècle) comme écriture personnelle.

b)     L’équipe française

Outre François-Joseph Ruggiu, l’équipe française se compose de trois chercheuses confirmées, Isabelle Luciani, Sylvie Mouysset, et Christine Nougaret, qui ont publié extensivement sur les écrits personnels. Christine Nougaret, professeur à l’Ecole Nationale des Chartes, est une archiviste de formation. Spécialiste du XIXe siècle, elle travaille actuellement sur les écrits personnels des Gradis, une riche famille de négociants bordelais d’origine marrane. Isabelle Luciani, maîtresse de conférence à Aix-Marseille-Université, explore les liens entre les pratiques d’écritures de l’époque moderne, en particulier des XVIe et XVIIe siècles, et la construction de soi. Sylvie Mouysset, professeure à l’Université de Toulouse Le Mirail, a travaillé spécifiquement sur les livres de famille en France ; elle s’intéresse actuellement aux écrits féminins. La cinquième participante est Elisabeth Arnoul du Centre Roland Mousnier, Université de Paris-Sorbonne. Mme Arnoul, ingénieur d’études au CNRS, est la coordinatrice scientifique et technique du Centre de Recherches sur les écrits du for privé (Centre Roland Mousnier) et de la base de données « Les écrits du for privé en France de la fin du Moyen Age à 1914 ». Elle travaille particulièrement sur les écrits de veufs et le travail de deuil dans la France d’Ancien Régime.

 c.      L’équipe italienne

Outre Giovanni Ciappelli, l’équipe italienne se compose également des professeurs Marina Caffiero et Roberto Bizzocchi, qui ont publié de nombreux ouvrages et essais sur les écritures à la première personne. Marina Caffiero est professeur ordinaire à l’Université de Rome La Sapienza ; elle a dirigé le projet « Ecritures féminines (XVI-XXe siècle). Recensement des archives romaines » et elle a fondé et dirige la collection « La memoria restituita » chez l’éditeur Viella de Rome. Roberto Bizzocchi  est professeur ordinaire à l’Université de Pise et il est l’auteur du livre Genealogie incredibili. Scritti di storia nell’Europa moderna, Bologna, Il Mulino, 1995 et 2009), et d’autres textes sur l’écriture mémorielle. Tous les deux font partie du groupe italien qui a présenté le projet PRIN 2011 sur les egodocuments en Italie et qui entend, entre autres choses, produire une banque de données sur les egodocuments conservés en Italie. Se sont joints à eux Erminia Irace, chercheuse à l’Université de Pérouse, qui a, elle aussi, publié une monographie et plusieurs essais sur la mémoire familiale et sur l’écriture de l’histoire ; et Serena Luzzi, chercheuse en histoire moderne à la faculté de sociologie de Trente, qui travaille sur les mémoires d’un noble du XVIIIe siècle.

3)     Liste des invités

Les autres chercheurs dont la participation est envisagée aux trois ateliers sont déjà impliqués à des degrés divers aux activités du groupe européen :

Antoine Odier, doctorant, actuellement en co-tutelle de thèse à l’Université de Paris-Sorbonne et à la Freie Universität Berlin sous la direction de François-Joseph Ruggiu et Claudia Ulbrich.

Pr. Arianne Baggerman, Erasmus Universiteit Rotterdam, Faculteit der Historische en Kunstwetenschappen. baggerman@eshcc.eur.nl ; baggerman@fhk.eur.nl. Arianne Baggerman est une des principales animatrices du groupe de travail ; elle a menée un programme de recherche : Con­trol­ling time and shaping the Self: education, intro­spec­tion and practices of writing in the Netherlands 1750-1914' ; elle a, en particulier, publié Child of the En­lightenment, Revolutionary Europe reflected in a boyhood diary (Leiden, Brill) et elle co-édite la collection Egodo­cu­ments and History chez Brill. Elle travaille actuellement sur les autobiographies d’acteurs politiques à l’âge des Révolutions en Europe (des années 1780 aux années 1810) . Elle participera à l’atelier 1.

Prof. Dr. Rudolf Dekker, Huizinga Institute, Amsterdam, rdekker123@gmail.com. Fondateur du Center for the Study of Egodocuments and History, et de sa base de données, spécialiste des egodocuments hollandaise, à la suite de Jacques Presser, il réfléchit à présent au développement de l’écriture autobiographique à l’échelle européenne (des années 1500 aux années 1800). Il participera à l’atelier 3.

Prof. Dr. Christa Hämmerle, Institut für Geschichte, Department of History
Universität Wien. christa.ehrmann-haemmerle@univie.ac.at. Professeur d’histoire contemporaine, d’histoire des femmes et du genre au département d’histoire de l’Université de Vienne, co-fondatrice et éditrice de L’Homme. Europäische Zeitschrift für Feministische Geschichtswissenschaft, Christa Hämmerle dirige le Sammlung Frauennachlässe. Elle s’intéresse plus particulièrement aux écrits autobiographiques des 19e et 20e siècles dans une perspective d’histoire des femmes, du genre, de l’amour et de la guerre. Elle s’intégrera dans l’atelier 2. 

Pr. Oscar Jané, Departament d’Historia Contemporania, Universitat de Barcelona. (Oscar.Jane@uab.cat). Oscar Jané est un spécialiste d’histoire politique et culturelle de la Catalogne à l’époque moderne et des relations avec la France ; il travaille actuellement sur les écrits personnels catalans.  

Daniel Lange, doctorant, fait sa thèse au sein de l’Erasmus Mundi joint doctorate TEEME (Text and Event in Early Modern Europe). Il travaille sur les récits de voyage et les récits de boucaniers à la fin du XVIIe siècle sous la direction de Claudia Ulbrich. Il participera à l’atelier 3. 

Alessia Lirosi (Univ. La Sapienza), docteur en histoire, travaille sur l’histoire de l’Eglise dans une perspective d’histoire du genre et des femmes. Intéressée par le genre annalistique, elle a publié Le cronache di Santa Cecilia. Un monastero femminile a Roma in età moderna, Viella, 2009. Elle participera à l’atelier 1.

Prof. Dr. Ulrich Mücke, Universität Hamburg, (ulrich.muecke@uni-hamburg.de). Ulrich Mücke est un spécialiste de l’histoire de la péninsule ibérique et de l’Amérique latin et travaille actuellement sur l’écriture de soi en Amérique du sud. Il participera à l’atelier 3.

Dr. Miloš Reznik, Philosophische Fakultät, Technische Universität Chemnitz. milos_reznik@yahoo.com. Originaire de République Tchèque, professeur à l’Université de Chemnitz, Miloš Reznik est un spécialiste de la formation des identités et des mémoires nationales en Europe centrale au 18e et 19e siècles. Il participera à l’atelier 1.

Pr. Stanislaw Roszak, Instytut Historii i Archiwistyki, UMK w Toruniu (Nicolas Copernicus University), sroszak@umk.pl ; sr@his.uni.torun.pl. Spécialiste du 18e siècle, Stanislaw Roszak est un spécialiste des „silva rerum“, les livres de lieux communs de la noblesse polono-lithuanienne qui sont apparentés aux egodocuments. Il travaille également sur une série de lettres de l’évêque Jozef Andrzej Załuski. Il participera à l’atelier 2.

Pr. Angelika Schaser, Universität Hamburg Historisches Seminar, Von Melle-Park 6, 20146 Hamburg (angelika.schaser@uni-hamburg.de). Angelika Schaser travaille actuellement sur la relation entre les récits de soi et les autofictions dans une perspective transculturelle (avec des collègues historiens, littéraires et turcologues). Elle a récemment publié (avec Claudia Ulbrich et Hans Medick), Selbstzeugnis und Person.  Transkulturelle Perspektiven, Cologne, Weimar, Vienna 2012. Elle participera à l’atelier 2 et 3.

Pr. Danièle Tosato-Rigo, Université de Lausanne, Département d’histoire moderne. daniele.tosato-rigo@unil.ch. Ses recherches de Danièle Tosato-Rigo portent sur l'histoire socio-culturelle de la Suisse d'Ancien Régime, la culture politique et les idéologies, ainsi que les écrits du for privé comme source d'histoire des mentalités. Elle a notamment publié La chronique de Jodocus Jost, miroir du monde d'un paysan bernois au XVIIe siècle (2009) et coédité un numéro de la Revue suisse d'histoire de l'art et d'archéologie (2010) consacré à l'écriture du for privé au XVIIIe siècle en Suisse romande. Elle dirige actuellement un projet d'inventaire des écrits personnels de Suisse romande (1600-1830) soutenu par le Fonds national suisse. Elle participera à l'atelier 2.

Pr. Kaspar von Greyerz, Universität Basel, Departement Geschichte. kaspar.vongreyerz@unibas.ch. Kaspar von Greyerz est un spécialiste d’histoire religieuse et sociale de l’Europe moderne ; il a fondé la Basler Selbstzeugnisse-Datenbank Online qui réunit à présent des récits de soi suisses alémaniques mais aussi germaniques et autrichiens. Il participera à l’atelier 1.

Pr. Yury Zaretsky, State University – Higher School of Econmics, Philosophy Department. yurizar@googlemail.com. Auteur, entre autres, de Avtobiograficheskiie ia ot Avgustina do Avvakuma [Autobiographical Selves from Soaint Augustine to Protopope Avvakum] (Moscow: Institute of World History RAS, 2002), Yuri Zaretsky s’intéresse surtout aux premiers textes autobiographiques russes. Il travaille actuellement sur un texte du XVe siècle, l’Epitre de Pie II au sultan Mahomet II, qu’il interprète comme un texte de construction de soi. Il participera à l’atelier 3.

Le Prof. Dr. Arvydas Pacevičius, Vilnius University, Faculty of Communication. arvydasp@hotmail.com a également été contacté.

Bibliographie

J. Amelang, The Flight of Icarus. Artisan Autobiography in Early Modern Europe, Stanford, 1998.

E. Arnoul, J.-P. Bardet et F.-J. Ruggiu (dir.), Les écrits du for privé en Europe, du Moyen Âge à l’époque contemporaine. Enquêtes, Analyses, Publications, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2010.

A. Baggerman, R. Dekker, M. Mascuch (eds.), Controlling Time and Shaping the Self: Developments in Autobiographical Writing since the Sixteenth century, Leiden 2011.

G. Ciappelli et P. Lee Rubin (dir.), Art, memory, and family in Renaissance Florence, Cambridge, Cambridge University Press, 2000.

R. Dekker (ed.), Egodocuments and history. Autobiographical writing in its social context since the Middle Ages, Hilversum 2002.

K. von Greyerz, Hans Medick et Patrice Veit (eds), Von der dargestellten Person zum erinnerten Ich : europäische Selbstzeugnisse als historische Quellen (1500-1850), Köln,Weimar, Wien,  Böhlau Verl, 2001.

G. Jancke, Autobiographie als soziale Praxis : Beziehungskonzepte in Selbstzeugnissen des 15. und 16. Jahrhunderts im deutschsprachigen Raum, Köln, Böhlau, 2002.

R. Mordenti, I libri di famiglia in Italia, 2, geografia e storia, Roma, Edizioni di storia e letteratura, 2001.

S. Mouysset, Papiers de famille : introduction à l'étude des livres de raison : France, XVe-XIXe siècle, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2007.

C. Ulbrich, Hans Medick, Angelika Schaser (eds.), Selbstzeugnis und Person. Transkulturelle Perspektiven, Köln, Weimar, Wien, Böhlau Verl.  2012.